finance

Un de mes amis aime raconter l'histoire du fermier qui a acheté quelques agneaux dans l'intention d'étendre ses activités agricoles. Il nourrissait bien les agneaux et les plaçait dans un petit enclos. Il a ensuite installé sa chaise de camping à côté de l'enclos, afin de pouvoir les surveiller de près. 

Après quelques heures, il est devenu frustré, parce qu'il n'en a vu aucun grandir. Furieux, le fermier prit sa chaise et partit, jurant de ne plus jamais perdre son temps avec l'élevage de moutons. Environ un an plus tard, alors qu'il passait devant son enclos, il fut surpris de voir que les agneaux qu'il y avait laissés étaient maintenant des moutons adultes et qu'ils avaient donné naissance à leurs propres agneaux.

C'est un exemple simple, mais très pertinent pour les investisseurs.

Avec des marchés aussi volatils qu'ils le sont, il est tout à fait compréhensible que les investisseurs soient frustrés en ce moment. Et pourquoi ils veulent aussi prendre leurs chaises de camping et partir. 

Bien que nous ayons connu un début d'année positif et que l'indice FTSE/JSE All Share Index ait progressé de 8% au cours des trois premiers mois, nous devons également nous rappeler que ce même marché a chuté de 7% au second semestre de 2018. 

Il semble que ces conditions de marché incertaines ne sont pas sur le point de s'éclaircir pour le moment. 

Tout comme l'agriculteur qui était censé savoir à quoi il s'exposait, les investisseurs devraient savoir à quoi ils s'exposent lorsqu'ils investissent dans différentes catégories d'actifs, surtout lorsqu'il s'agit de leurs fonds de pension. 

J'entends souvent des investisseurs dire qu'ils devraient avoir un horizon de placement d'au moins cinq ans lorsqu'il s'agit d'investir en actions, alors que les obligations, par exemple, devraient être sûres sur une période de deux ans. 

Permettez-moi tout d'abord de quantifier ce que je considère comme " sûr ". Historiquement, les actions vous auraient procuré les meilleurs rendements sur une période de cinq ans, mais comment cette catégorie d'actif se compare-t-elle à l'inflation ? 

N'oubliez pas que si vos placements ne peuvent surpasser l'inflation, vous pouvez tout aussi bien dépenser tout ce capital dès maintenant, car vous ne pourrez pas en acheter presque autant à l'avenir que vous ne pouvez en acheter avec ce capital maintenant.  

Après une enquête plus approfondie, j'ai constaté qu'il y a eu plusieurs fois au cours des 30 dernières années où les actions n'ont pas été en mesure de surpasser l'inflation sur une période de cinq ans (60 mois glissants). Les investisseurs auraient été mieux lotis s'ils avaient attendu sept ans pour vérifier la croissance de leurs "agneaux". Il en va de même pour les obligations. 

Il est également arrivé à plusieurs reprises que les obligations n'aient pas été en mesure de surpasser l'inflation sur une période de deux ans (24 mois glissants) et que les investisseurs auraient été mieux lotis avec un horizon de placement de trois ans. 

Si vous êtes fermement axé sur les rendements absolus et que vous avez besoin d'un revenu de votre portefeuille en même temps, il peut être judicieux d'envisager d'investir vos besoins de revenu de la première année sur le marché monétaire comme catégorie d'actif. 

J'investirais les quatre années suivantes du capital vie corrigé de l'inflation dans des obligations, tout en affectant le reste du capital à des actifs de croissance, tels que des actions (entre autres) pour réaliser une croissance à long terme. 

Toutefois, compte tenu de la turbulence actuelle du marché, je vous conseillerais de consulter un expert pour vous aider à répartir votre actif et à déterminer avec plus de précision la pondération des distributions de votre capital en fonction de chaque catégorie. Pour l'instant, j'invite les investisseurs à rester calmes. 

Profitez de la négativité que nous avons connue au cours des dernières années pour rétablir l'équilibre de votre portefeuille, surtout lorsque les actions locales sont devenues sous-pondérées. Rangez votre chaise de camping et donnez à vos investissements l'occasion de croître.