Conseil pour les entreprises en difficulté : quelles procédures envisager ?

Vous ressentez des difficultés à gérer votre entreprise ? Vous craignez la cessation de paiements et de devoir céder votre société, afin de la sauvegarder ? Avant d'envisager des mesures radicales, faire appel à des professionnels du conseil pour les entreprises en difficulté s'avère essentiel. En effet, un cabinet spécialisé peut vous accompagner, afin de pérenniser votre société. Mais alors, quelles sont les mesures qui pourront vous aider à redresser la barre ? Voici toutes les réponses à vos questions.

Professionnels en détresse : parlez-en à un cabinet de conseil pour les entreprises en difficulté

Le cabinet de conseil pour les entreprises en difficulté a un objectif : vous accompagner dans le redressement et la sauvegarde de votre société. Ces spécialistes maîtrisent sur le bout des doigts toutes les procédures qui pourront être envisagées, afin de mettre fin aux difficultés rencontrées par les entrepreneurs. Aussi, faites confiance à un expert : Phenix expertise vous conseille, dans le but de vous aider à mettre en place les solutions pour pérenniser votre entreprise. Lorsque vous rencontrez des difficultés, notamment d'ordre financier, il s'agit de la toute première étape à envisager.

Quelles sont les procédures à envisager pour les entreprises en difficulté ?

Les chefs d'entreprise en difficulté pourront bénéficier de nombreuses procédures, leur permettant de sauver leur société ainsi que leurs salariés. Cependant, ces mesures ne pourront pas être mises en place par toutes les entreprises. Alors que certaines ne concernent que les sociétés dont les difficultés financières sont maîtrisées, d'autres sont dédiées aux entreprises en cessation de paiements.

Les procédures pour les entreprises en non-cessation de paiements

Si votre entreprise possède suffisamment d'actifs pour s'acquitter de ses dettes, dans ce cas, plusieurs procédures pourront être envisagées pour la redresser.

  • Le mandat ad hoc : c'est le tribunal dont dépend l'entreprise qui désigne le mandataire ad hoc. Celui-ci intervient, pour régler à l'amiable les difficultés de l'entreprise avec ses créanciers, ou les litiges entre les associés.
  • La conciliation : pendant 4 mois renouvelables, cette procédure empêche l'ouverture d'un redressement ou d'une liquidation judiciaire. Un conciliateur, choisi par le chef d'entreprise et validé par le président d'un tribunal, intervient au sein de la société, afin de trouver un accord à l'amiable.

Les procédures pour les entreprises en cessation de paiements

Votre entreprise est en cessation de paiements ? Dans ce cas, il est obligatoire de déposer le bilan, c'est-à-dire de réaliser une déclaration de cessation de paiements via un formulaire CERFA. Dans les 15 jours après réception du document par le tribunal, le chef d'entreprise ou son représentant devra se présenter lors d'une audience. Des administrateurs seront alors chargés de faire le point sur les comptes de la société. Deux issues sont possibles, après le dépôt de bilan :

  • Le redressement judiciaire : dans ce cas, un plan de redressement est mis en place, pour sauver la société. Celle-ci peut d'ailleurs faire l'objet d'une cession partielle, afin de la pérenniser.
  • La liquidation judiciaire : lorsqu'il est estimé que la société ne peut plus faire face à ses difficultés, son gérant est destitué de ses droits. Il doit alors cesser immédiatement ses activités et la société est irrémédiablement dissoute.