La pénurie de développeurs en France : comment l'expliquer ?

En France, les entreprises spécialisées dans le digital crient à l'aide. En effet, depuis plusieurs mois, on constate une véritable pénurie de développeurs, des acteurs pourtant essentiels dans l'univers de la conception web et informatique. Malgré des campagnes de recrutement attractives, les professionnels peinent à trouver des candidats. Comment expliquer cette pénurie ? Quelles seront les conséquences de cette dernière sur le monde du digital français ? C'est ce que nous allons tenter d'expliquer.

La pénurie de développeurs : un problème de rémunération

Pour comprendre ce problème de salaire, il est essentiel de se reporter à l'étude récente, réalisée par CodinGame concernant, entre autres, la rémunération des développeurs (on parle ici de developpeur react, PHP, Ruby, Java, etc). Menée sur plus de 9 000 professionnels et dans plus d'une centaine de pays, cette analyse montre qu'il existe un véritable déséquilibre, en matière de salaires.

En effet, alors qu'aux États-Unis, un développeur gagne en moyenne 100 000 $ par an, 95 000 $ par an en Suisse, et 67 000 $ par an en Allemagne, la France n'est clairement pas en mesure d'afficher de tels chiffres. C'est vrai, un développeur français exerçant dans l'Hexagone gagne en moyenne et par année moins de 55 000 $, une rémunération presque ridicule, comparée aux salaires versés dans les autres pays de l'UE et du monde. Nous vous proposons de découvrir cette étude, en cliquant ici.

Mais, si la pénurie de développeurs peut être expliquée par ce fameux problème de rémunération, il est également nécessaire de mentionner la fuite des cerveaux à l'étranger. Comme nous allons le voir dès maintenant, les développeurs français ne sont pas heureux, dans leur pays d'origine.

La pénurie de développeurs : l'exode des talents à l'étranger

Pour illustrer nos propos, nous allons une nouvelle fois citer l'étude de CodinGame, qui a montré le niveau de bonheur des développeurs dans les pays du monde concernés par l'analyse. Alors que le taux de satisfaction de ces professionnels dépasse les 30 % en USA, au Canada, et même en Allemagne ou en Pologne (l'un des pays où la rémunération est la plus faible), ce "taux de bonheur" ne dépasse pas les 23 % en France.

Il n'est donc pas étonnant de constater une fuite des développeurs, vers des pays où les promesses de rémunération, mais aussi d'avenir, sont plus intéressantes. Car, en effet, la France a tendance à externaliser son pôle dédié à l'intelligence artificielle, alors que la moitié des développeurs se forme sur le Machine Learning.

La pénurie de développeurs va-t-elle impacter le secteur du digital en France ?

La pénurie de développeurs a déjà eu des impacts plus ou moins importants en France. Par exemple, l'École 42 de Xavier Niel a supprimé récemment sa limite d'âge et accueille dorénavant les étudiants de plus de 30 ans. D'autre part, les développeurs déjà installés au sein des sociétés, et avec l'expérience suffisante, ont vu leur salaire augmenter. Ce manque de développeurs est également à l'origine de l'échec de nombreux projets de start-up, qui ne disposent pas du savoir-faire nécessaire, pour aller au bout de leurs objectifs.