droit

PONS IP, société internationale spécialisée dans le conseil global en matière de propriété industrielle et intellectuelle et de nouvelles technologies, a organisé une conférence au siège de la Fondation PONS avec la participation de l'Agence espagnole de protection des données (AEPD) pour analyser, un an après son entrée en vigueur, le degré de conformité avec la législation actuelle sur la protection des données dans l'environnement commercial et aborder le cadre juridique des activités étroitement liées au traitement et la gestion des données personnelles comme la commercialisation et les relations professionnelles.

Actuellement, selon les données de l'ECI, un Espagnol sur trois (76%) reconnaît qu'il est "assez ou très préoccupé" par la protection de ses données personnelles. Le chiffre, comme l'explique le directeur général de PONS IP, Nuria Marcos, "reflète clairement la préoccupation de la société concernant le traitement de leurs données personnelles, et grâce au RGPD, les entreprises ont réussi à mûrir et à améliorer leurs systèmes de gestion de données beaucoup.

Au cours de la première année d'application du règlement général sur la protection des données (RGPD), 14 397 plaintes ont été déposées auprès de l'AEPD et 966 atteintes à la sécurité ont été notifiées. Pour le directeur général adjoint de l'Inspection des données, Pedro Colmenares Soto, les actions de l'AEPD face à des plaintes ou des notifications d'atteintes à la sécurité " sont l'occasion d'exercer une autocritique, une auto-analyse et une amélioration des systèmes de gestion des données de l'entreprise.

notre avis, il est également essentiel d'évaluer la diligence et la proactivité du responsable afin de délimiter la responsabilité de l'éventuel contrevenant avant d'entamer une procédure de sanction ". De l'AEPD, souligne Colmenares, " nous privilégions l'action sur les processus de gestion mal conçus et mis en œuvre plutôt que sur les cas ou erreurs spécifiques, parfois dus à l'échec humain ".