formation

Selon le dernier rapport annuel du Bureau de la gestion du personnel sur le sujet, les employés fédéraux ont consacré moins de temps au télétravail en 2019 que l'année précédente.

Pour les employés admissibles, la participation fédérale au télétravail est passée de 51 % à 48 % en 2019, selon le dernier rapport d'OPM sur la situation du télétravail de l'exercice 2019 au Congrès. La participation a également légèrement diminué dans l'ensemble du gouvernement, passant de 22 % à 21 % de la main-d'œuvre fédérale.

On ne sait pas exactement quand OPM a publié le rapport de l'exercice 2019, mais il est daté de janvier 2019.

Mais ce que le dernier rapport d'OPM montre peut-être le plus clairement, c'est que le degré d'utilisation du télétravail au niveau fédéral - et les approches utilisées par les superviseurs des agences et la haute direction pour encourager et élargir la participation au sein de leurs organisations - varie d'un gouvernement à un autre.

"Lorsqu'ils sont mis en œuvre en tant qu'outil de gestion stratégique, les programmes de télétravail robustes et bien rodés améliorent le rendement et l'engagement du personnel et maximisent la productivité, l'efficacité et la gérance gouvernementale de la mission organisationnelle ", affirme Margaret Weichert, directrice intérimaire d'OPM, dans le rapport 2019. ”

Un peu plus d'employés fédéraux - environ 43 % de la main-d'œuvre - étaient admissibles au télétravail en 2019, comparativement à 42 % des employés en 2018.

Malgré la légère augmentation de l'admissibilité, les organismes ont déclaré un total de 469 810 télétravailleurs en 2019, comparativement à 477 084 employés en 2018.

Cette diminution est attribuable à plusieurs facteurs, dont l'attrition et la diminution du nombre de cas de télétravail situationnel, comme les fermetures pour cause de mauvais temps. Au cours de l'exercice 2016, OPM a annoncé un total de 10 jours de télétravail fédéral non planifié, dont trois fermetures gouvernementales dans la région métropolitaine de Washington, D.C., mais seulement une journée de télétravail fédéral non planifié en 2017.

"Les agences font face à d'importants défis dans l'alignement de leurs systèmes de collecte et de transmission de données précises sur le télétravail ", a déclaré OPM. "Au cours de l'exercice 2019, la plupart des organismes se sont fiés aux données de leurs systèmes de temps et d'assiduité - 75 % des organismes - pour suivre la participation au télétravail. Néanmoins, divers facteurs limitent l'assurance de la qualité des données du télétravail, notamment les employés qui télétravaillent incorrectement et les gestionnaires qui ne corrigent pas ces erreurs, les feuilles de temps mal alignées avec les exigences en matière de rapports et les limites technologiques du suivi.

De nombreux organismes attribuent également les changements dans la participation à de récents ajustements apportés par OPM dans ce qu'ils considèrent comme du "télétravail".

La participation à l'Administration des services généraux, par exemple, semble avoir chuté de 4 % en 2019 en raison de la décision d'OPM d'exclure les " travailleurs à distance " de la catégorie du télétravail. Si les " travailleurs à distance " étaient toujours considérés comme des " télétravailleurs ", la GSA a déclaré qu'elle aurait vu la participation augmenter encore de 1% l'année dernière.

Les " travailleurs à distance " sont des employés qui travaillent régulièrement à partir d'un autre endroit approuvé, mais qui reviennent sur le lieu de travail au moins une fois toutes les deux semaines. Certains organismes appellent ces employés des " télétravailleurs à temps plein ", mais OPM soutient que les ministères ne devraient pas considérer ces personnes comme des " télétravailleurs ".

L'ICA, qui permet à ses employés d'utiliser des sites de travail flexibles en raison de restrictions d'accès aux informations classifiées, et le Bureau des brevets et des marques de commerce ont également vu leur participation au télétravail diminuer pour cette raison.

La dernière mise à jour sur le télétravail vient après qu'au moins deux grands ministères ont annoncé des changements à leurs propres programmes. Au début de 2019, le ministère de l'Agriculture a annoncé son intention de limiter le télétravail à une journée par semaine. Auparavant, les employés admissibles avaient essentiellement un accès illimité au télétravail. De même, le ministère de l'Éducation a également indiqué aux employés qu'il limiterait le télétravail à une journée par semaine pour les employés admissibles.

L'impact de ces mesures n'est toutefois pas visible dans la dernière mise à jour d'OPM sur le télétravail, puisque son rapport ne couvre que l'exercice 2019 et que les deux organismes ont annoncé des changements à leurs programmes respectifs pour l'exercice 2019.

Un plus grand nombre d'employés sont devenus admissibles au télétravail à l'USDA en 2019. Selon la mise à jour d'OPM, 62 744 employés étaient admissibles en 2019, comparativement à 58 635 l'année précédente.

En outre, plusieurs organismes ont mis à jour leurs systèmes de gestion du temps et des présences et communiquent automatiquement des données sur le télétravail, bien que bon nombre d'entre eux éprouvent encore des difficultés, selon OPM. La participation au télétravail a diminué d'un point de pourcentage au cours de l'année.

Presque tous les employés du ministère de l'Éducation étaient admissibles au télétravail en 2019, mais la participation semble avoir diminué en raison de l'attrition. En 2019, le secteur de l'éducation comptait 4 045 employés sur un effectif de 4 068 personnes admissibles au télétravail, comparativement à 4 358 employés admissibles sur un effectif de 4 358 en 2019. D'après le nombre d'employés de l'agence dans ce seul rapport sur le télétravail, l'éducation semble avoir perdu 8 % de ses employés en 2019.